Instagram: Une bonne plateforme pour entreprise?

instagramentreprises

Instagram, une plateforme qui gagne constamment en popularité, offre de plus en plus de visibilité aux entreprises. Toutefois, est-ce qu’il vaut la peine pour une entreprise d’investir dans ce média social? Je tente de répondre à cette question à travers les diapositives ci-dessous :


Si le fait d’investir beaucoup en production de contenu sur Instagram est discutable et dépend beaucoup du type d’entreprise (industrie et marché visé), il reste toutefois très intéressant d’évaluer le potentiel en tant qu’annonceur. En effet, l’option de produire des publicités instagram est maintenant ouverte à tous et gérable sous le gestionnaire de publicité de Facebook.

En résumé, je recommande définitivement d’être présent et de considérer fortement l’achat publicitaire mais d’y aller avec prudence et efforts modérés.

Publicités

Pourquoi produire du contenu vidéo pour les médias sociaux

Produire Vidéo

Ça doit être Snapchat qui me monte à la tête… j’ai tourné ma première capsule vidéo!

Et mon sujet pour me lancer dans le monde du vlogue et du Youtubing est… 3 bonnes raisons de produire du contenu vidéo.

Je vous offre en prime deux autres raisons de faire ce genre de contenu:

4. Améliorer votre capacité d’expression orale

Je suis le premier à avouer que je ne suis pas à l’aise devant la caméra et c’est pour cette raison que je me suis toujours tenu loin de ce type de contenu. Mais, comme avec à peu près n’importe quoi, c’est à force d’en faire qu’on devient plus à l’aise. Je ne crois pas que je deviendrais un jour un grand orateur mais je serai certainement un peu plus à l’aise pour m’exprimer grâce à la pratique accumulée dans la production de capsules vidéo. (en passant, ça m’a pris à peu près 5000 prises avant d’être satisfait!)

5. Développer vos compétences de tournage et montage.

Ce sont deux belles cordes à ajouter à votre arc que vos potentiels clients et employeurs ne pourront qu’apprécier. Pour ce qui est de la vidéo ci-dessus, elle a été entièrement enregistrée et montée à partir de l’outil gratuit de Youtube, le Youtube Video Editor.

Julie Snyder nous force à réfléchir sur le financement culturel

Julie Snyder - Argent

Une tempête dans un verre d’eau?

Julie Snyder a annoncé hier la fin des activités télévisuelles de Productions J. Malgré le côté inévitablement tragique de ce genre d’événement, dans le sens que c’est le dernier chapître d’une entreprise à succès bâtie par une grande femme du Québec, j’ai quand même un peu de misère à sympathiser complêtement.

Dans le sens, est-ce que la réaction de mettre complêtement fin aux activités tv en raison de l’impossibilité d’obtenir l’aide financière n’est pas un peu forte pour une entreprise qui semble être une des plus solides de l’industrie? Est-ce qu’elle dépend de l’aide financière au point où elle est incapable de se débrouiller sans?

C’est certain que ce n’est pas évident de se financer en culture, plusieurs artistes de la relève peuvent en témoigner, mais c’est faisable.. surtout si on bénéficie de la notoriété d’une Mme Snyder! Le sociofinancement pourrait être particulièrement intéressant pour une telle personnalité… Et il ne faut pas oublier l’argent versé par TVA pour la diffusion, ça ne doit quand même pas être négligeable.

Quand Julie Snyder s’inspire de Taylor Swift

Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec l’histoire de Taylor Swift qui voulait retirer sa musique du nouveau service de musique en ligne de Apple parce qu’elle ne trouvait pas juste la rétribution versée aux artistes, résultant en une modification du système. La façon de faire… la conférence de presse où elle se dit “forcée” de cesser les activités tv de sa compagnie, le timing en campagne électorale… ça fait louche un peu.

Mais bon… en bout de ligne, l’objectif est bon: repenser le financement dans le domaine de la culture.. il est temps que ça ce passe. On dirait qu’on a mis cette question un peu de côté ces dernières années, le temps qu’on s’adapte au numérique, mais il serait peut-être temps qu’on en reparle hein?

Codes à barres Keurig, une bonne idée?

Les plus récents modèles de machines Keurig sont équipées d’un lecteur à code-barres empêchant l’utilisation de l’appareil pour des K-Cups qui ne sont pas approuvés par Keurig. Cette nouvelle caractéristique de ces machines à café suscite beaucoup de réactions négatives de la part du public et de fabricants de café et on peut se questionner sur la pertinence d’une telle stratégie.

Keurig Old K-cup Marley
K-Cup Marley Coffey, sans code barre.

Perte d’un avantage concurrentiel 

D’un point vue affaire, la décision pouvait sembler gagnante. Ce système numérique de gestion des droits d’utilisation vise à empêcher des compagnies non-autorisées à profiter de l’appareil Keurig et ainsi voler des parts de marché K-Cup. Plus grandes parts de marchés = plus de profits… ça parait assez logique. Nespresso, le principal concurrent de Keurig utilise d’ailleurs cette stratégie, en plus de distribuer eux-même le produit dans leurs propres points de vente uniquement.

Mais voilà que l’initiative est loin de plaire au public et aux fournisseurs, ayant même jusqu’à susciter des poursuites légales de la part de ces derniers qui voient leurs sources de revenus subitement coupées par l’arrivée de ces nouvelles machines.

Le plus bête dans tout ça… la mise en marché d’une façon simple de contourner le blocage, la Freedom Clip, par l’utilisation d’un faux code barre.

Keurig, l’Android du Café

A posteriori, on peut donc questionner sérieusement la pertinence d’une telle manœuvre. À mon avis, on peut facilement dresser un parallèle et affirmer que Keurig était à Nespresso ce que Android est à Apple. Apple, comme Nespresso, offre un environnement contrôlé entièrement par le fabricant, ne laissant pas une grande place à des intervenants externes. Android offre un environnement plus flexible et diversifié. Il s’agit de deux marchés distincts recherchant des options reposant sur des bases complètement différentes. Si un des deux protagoniste décide de changer de stratégie pour celle de son compétiteur, on assiste à des réactions comme celles de l’affaire Keurig.

 

 

Selfies sur mur de ballons par Old Navy

J’aime beaucoup les concepts qui projettent les médias sociaux dans le monde physique. Que ce soit, par exemple, des projections de contenus sociaux sur des murs ou une lecture publique de commentaires de nos fans, je trouve que c’est une excellente façon d’unir marketing digital et traditionnel. Dans une récente campagne, c’est le concept de « selfie » que Old Navy a amené à un nouveau niveau.

 


C’est définitivement très original comme façon de faire le pont entre un environnement physique et les médias sociaux!