Tendances 2016 sur les médias sociaux

2016 - Prédictions

Déjà ce temps de l’année où les Nostradamus de ce monde proclament leurs prophéties pour 2016. Ma grand-mère lisait l’avenir dans les tasses de thé mais je n’ai malheureusement pas hérité de son don… mais certaines tendances de 2015 permettent de faire certaines prédictions quant à l’évolution des médias sociaux en 2016.

 

Perfectionnement du service à la clientèle via les médias sociaux

En 2015, plusieurs plateformes ont reconnu que l’importance du service à la clientèle via les médias sociaux. Notamment, Twitter a publié un important guide de meilleures pratiques et Facebook ont lancé l’intégration de badges sur les temps de réponses ainsi qu’un système de réponses préprogrammés.

Il est à prévoir que d’autres outils seront mis-en place pour améliorer cette utilisation des médias sociaux et qui permettront d’offrir un service client encore meilleur. Dailleurs, Facebook vient tout juste d’annoncer un perfectionnement de sa boite de messagerie pour les pages (elle permettra de voir une fiche avec les infos du clients) ainsi qu’une amélioration de son système de badges.

 

Le contenu est toujours roi

Il serait difficile de déloger l’importance du contenu dans les stratégies marketing sur le web. On l’a souligné à multiple reprises en 2015 mais dans le fond, le contenu est important depuis toujours sur le web, depuis Geocities et même avant!

Le problème maintenant que les entreprises ont réalisées qu’elle devait axer leurs stratégies sur le contenu est qu’il y en a trop! Maintenant il faut se démarquer par un contenu exceptionnel, distribué de façon efficace et soutenu par un certain investissement monétaire.

 

La vidéo sous toutes ses formes

Justement, côté contenu 2015 était l’année de la vidéo, particulièrement sur Facebook qui a beaucoup poussé ce type de publication, lui offrant une portée et visibilité supérieure.

À mon avis, la vidéo c’est bien mais… il y a des limites importantes. Principalement: il est un peu moins facile à consommer qu’une image (il nécessite davantage de temps et d’attention + on doit avoir possibilité d’entendre le son) et sa production est beaucoup plus demandante en temps et argent.

La vidéo 360 et la réalité virtuelle seront définitivement à surveiller en 2016. Il serait intéressant de voir une baisse de prix pour les appareils permettant de produire cette forme de contenu mais nous allons probablement devoir attendre encore quelques années avant que cette technologie soient abordable pour les particuliers..

La vidéo en direct a également connu un certain essort en 2015 avec, notamment, Periscope et Meerkat. Facebook est aussi en cours de déploiement de son propre outil pour la vidéo en direct qui était jusqu’à maintenant limitée à des utilisateurs vedettes. Je garde un certain scepticisme face à la vidéo en directe..

 

Géolocalisation – Priorité au contenu local et personnalisé

On parle depuis longtemps de l’intégration des « beacons » en magasin… À mon avis cette technologie est un peu trop intrusive mais il y a quand même un bon filon à du contenu local et personnalisé à l’endroit où l’on se trouve.

Plusieurs plateformes ont intégré des fonctions de géolocalisation à leurs applications mobiles et il est fort envisageable que des développements aient lieu de ce côté.

À mon avis, la plateforme qui est le plus en danger par rapport à cette tendance est Instagram qui est très efficace pour atteindre une audience large mais beaucoup moins lorsqu’on désire atteindre un public précis.

 

Snapchat: développement du côté social?

De simple application mobile de messagerie à véritable médias social, Snapchat a connu une formidable transformation au cours des dernières années. Tel que mentionné dans un article précédent, la grosse lacune reste au niveau du réseautage étant donné qu’il y est encore très difficile d’y trouver des nouveaux contacts et qu’on doit se référer à des sources externes telles que Twitter ou Snapcodes. Le côté médias étant déjà très efficace, ils devront se concentrer sur le développement du côté social en 2016.

Publicités

Instagram: Une bonne plateforme pour entreprise?

instagramentreprises

Instagram, une plateforme qui gagne constamment en popularité, offre de plus en plus de visibilité aux entreprises. Toutefois, est-ce qu’il vaut la peine pour une entreprise d’investir dans ce média social? Je tente de répondre à cette question à travers les diapositives ci-dessous :


Si le fait d’investir beaucoup en production de contenu sur Instagram est discutable et dépend beaucoup du type d’entreprise (industrie et marché visé), il reste toutefois très intéressant d’évaluer le potentiel en tant qu’annonceur. En effet, l’option de produire des publicités instagram est maintenant ouverte à tous et gérable sous le gestionnaire de publicité de Facebook.

En résumé, je recommande définitivement d’être présent et de considérer fortement l’achat publicitaire mais d’y aller avec prudence et efforts modérés.

Amazon Prime Day: Leçons marketing en commerce électronique

Le 15 juillet dernier avait lieu la première journée de soldes Prime Day sur le site Amazon. Une vaste campagne marketing appuyait cette initiative qui devait être plus importante que la journée du vendredi fou (Black Friday). Quelques leçons marketing sont à tirer de la première édition de cette journée de rabais sur le web.

Amazon Prime Day

Une révolution de l’intérieur

Amazon Prime est un service d’abonnement d’Amazon qui offre plusieurs avantages à ses membres tels que du contenu numérique exclusif, des prix plus avantageux, un service de livraison rapide. La campagne du Prime Day avait visiblement comme objectif de recruter de nouveaux membres et le marketing était définitivement orientée envers les non-membres.

Amazon aurait peut-être eu avantage à utiliser une stratégie inverse, c’est à dire pousser le marketing uniquement envers ses membres actuels, les encourageant à partager l’offre à leurs réseaux (par exemple en offrant un rabais supplémentaire avec le partage). Il est important que les membres se sentent privilégiés, surtout dans une journée de soldes comme le Prime Day, ils doivent être au centre de l’action.

Vendre la peau de l’ours

Les publicités entourant l’événement faisaient ouvertement référence à une journée qui serait plus importante que le Black Friday. Le problème est qu’il n’appartient pas à une compagnie de définir le succès de sa campagne promotionnelle. Si la journée est effectivement plus importante que le Black Friday ou le Boxing Day, ce sera le consommateur qui la déclarera ainsi,

Faire une telle affirmation avant même l’événement amènera inévitablement le consommateur à faire des comparaisons et on risque beaucoup plus de se planter que si on avait laisser les clients faire leurs propres conclusions.

Codes à barres Keurig, une bonne idée?

Les plus récents modèles de machines Keurig sont équipées d’un lecteur à code-barres empêchant l’utilisation de l’appareil pour des K-Cups qui ne sont pas approuvés par Keurig. Cette nouvelle caractéristique de ces machines à café suscite beaucoup de réactions négatives de la part du public et de fabricants de café et on peut se questionner sur la pertinence d’une telle stratégie.

Keurig Old K-cup Marley
K-Cup Marley Coffey, sans code barre.

Perte d’un avantage concurrentiel 

D’un point vue affaire, la décision pouvait sembler gagnante. Ce système numérique de gestion des droits d’utilisation vise à empêcher des compagnies non-autorisées à profiter de l’appareil Keurig et ainsi voler des parts de marché K-Cup. Plus grandes parts de marchés = plus de profits… ça parait assez logique. Nespresso, le principal concurrent de Keurig utilise d’ailleurs cette stratégie, en plus de distribuer eux-même le produit dans leurs propres points de vente uniquement.

Mais voilà que l’initiative est loin de plaire au public et aux fournisseurs, ayant même jusqu’à susciter des poursuites légales de la part de ces derniers qui voient leurs sources de revenus subitement coupées par l’arrivée de ces nouvelles machines.

Le plus bête dans tout ça… la mise en marché d’une façon simple de contourner le blocage, la Freedom Clip, par l’utilisation d’un faux code barre.

Keurig, l’Android du Café

A posteriori, on peut donc questionner sérieusement la pertinence d’une telle manœuvre. À mon avis, on peut facilement dresser un parallèle et affirmer que Keurig était à Nespresso ce que Android est à Apple. Apple, comme Nespresso, offre un environnement contrôlé entièrement par le fabricant, ne laissant pas une grande place à des intervenants externes. Android offre un environnement plus flexible et diversifié. Il s’agit de deux marchés distincts recherchant des options reposant sur des bases complètement différentes. Si un des deux protagoniste décide de changer de stratégie pour celle de son compétiteur, on assiste à des réactions comme celles de l’affaire Keurig.

 

 

Mattel et Google, un mystérieux partenariat!

Les compagnies Mattel et Google ont annoncé qu’ils tiendraient un événement le 13 février prochain pour le lancement d’un nouveau produit. Ils s’agit d’une intriguante collaboration entre le fabricant de jouets et l’empire technologique Google.

Le visuel de l’invitation évoque le «ViewMaster», ce jouet des années 80 qui permettait de voir des images avec un léger effet de relief.

Viewmaster

On peut spéculer qu’il s’agira peut-être d’une version moderne de ce jouet classique, Google ayant une certaine expertise en réalité virtuelle, le résultat pourrait être assez impressionant!

Mise à jour 14 fév. 2015: Mattel effectivement fait l’annonce d’une version moderne du View Master! Le dispositif devrait côuter 30$ et fonctionne de façon similaire au projet Google Cardboard. La date de lancement de l’appareil n’est pas encore disponible.

Les éditions la Courte Échelle: un miracle de Noël!

Tous les lecteurs québécois devaient être heureux ce matin d’apprendre la reprise des éditions La Courte Échelle par Raymond et Marie-Ève Talbot. Le duo père-fille possède une bonne expérience dans le domaine du livre et sera bien équipé pour donner un second souffle à cette institution littéraire québécoise.

Je crois que les médias sociaux ont certainement joués un rôle significatif dans la prise de décision de relancer cette entreprise de par les innombrables commentaires de déception que nous pouvions lire un peu partout après l’annonce de mise en faillite d’octobre dernier. C’était évident, malgré les troubles financiers de cette compagnie, qu’il y avait quelque chose d’important pour le public québécois dans cette maison d’édition.

Mais il ne faut pas se le cacher, les nouveaux propriétaires ont quand même beaucoup de travail devant eux. Si le public manifeste rapidement sa tristesse lorsque de telles institutions s’éteignent, ils oublient tout aussi rapidement le rôle qu’ils ont à jouer dans la survie des entreprises culturelles québécoises et de leurs artistes. M. et Mme Talbot ont mentionné en entrevue qu’ils accorderaient une grande importance aux auteurs, ce qui est bien, mais il faudra également faire un grand travail de mise en marché et de sensibilisation auprès des consommateurs.

Je leur souhaite beaucoup de succès et je m’engage à acheter un ou deux de leurs romans cette année pour faire ma part et les remercier d’avoir sauvé La Courte Échelle 😉

logo éditions courte échelle

Selfies sur mur de ballons par Old Navy

J’aime beaucoup les concepts qui projettent les médias sociaux dans le monde physique. Que ce soit, par exemple, des projections de contenus sociaux sur des murs ou une lecture publique de commentaires de nos fans, je trouve que c’est une excellente façon d’unir marketing digital et traditionnel. Dans une récente campagne, c’est le concept de « selfie » que Old Navy a amené à un nouveau niveau.

 


C’est définitivement très original comme façon de faire le pont entre un environnement physique et les médias sociaux!